Comment rejeter un candidat sans entacher sa marque employeur

Dec 3, 2020
male hr manager asking job candidate leave

Jamais la marque employeur n’a été aussi importante pour une entreprise. Le concept même de « employer branding » est né lors d’une conférence sur le management en 1990, puis défini de façon académique par Simon Barrow et Tim Ambler dans la revue Brand Management. Cet article constitua la première tentative visant à « appliquer les techniques du management de marque (autrement dit le marketing) au management des ressources humaines » dans le but d’attirer les meilleurs talents.

C’est que ce n’est pas seulement le consommateur qui est devenu expert. Aujourd’hui l’employé l’est aussi. Le développement des outils numériques et la masse d’informations désormais disponible sur les réseaux  permettent aujourd’hui au (futur) candidat à un emploi d’être beaucoup plus sélectif et d’aller chercher l’entreprise dont la proposition correspond le plus à ses aspirations et à ses valeurs.

Selon une étude du réseau de recrutement MRINetwork, 69% des demandeurs d'emploi rejetteraient une offre d'emploi d'une entreprise avec une mauvaise marque employeur, même s'ils étaient au chômage. Ils sont 92 % à envisager de quitter leur emploi actuel si on leur offrait un autre poste dans une entreprise qui jouit d'une excellente réputation. Dans le même ordre d’idée, d’après une enquête Glassdoor (2018), 84% des employés et des demandeurs d'emploi affirment que la réputation d'une entreprise en tant qu'employeur de choix est importante pour décider où postuler pour un emploi. De plus, 83% des employés et des demandeurs d'emploi sont susceptibles de rechercher les notations et les avis des entreprises lorsqu'ils décident où postuler pour un emploi.

Soignez vos refus de candidatures

C’est dire si désormais la marque employeur doit être chouchoutée. La vision et les valeurs d'une entreprise, les conditions salariales, les fonctions et l'environnement au quotidien, la flexibilité, les opportunités de croissance et de stabilité sont quelques-unes des principales conditions appréciées par les candidats actuels lors du choix d'une entreprise pour laquelle ils aimeraient travailler.

Mettre en avant les atouts de l’organisation est donc une nécessité incontournable pour la faire fructifier. Mais cela ne suffit pas. Car, en la matière, gare aux faux pas. Particulièrement en période de recrutement. Une mauvaise expérience du candidat peut avoir des effets désastreux en termes de réputation. Surtout si la candidature est rejetée.

Comment  procéder en la matière sans entacher sa marque employeur ?

  1. Personnalisez le processus

    Même si vous n'avez pas les ressources ou la possibilité de parler en personne avec vos candidats non retenus, assurez-vous que votre communication est personnalisée. Les rejets d'e-mails qui arrivent sous forme de lettre type - ou pire, d'e-mails en masse - montrent un certain niveau de mépris pour vos candidats.
  2. Offrez un feed-back

    Quoi de plus naturel pour un candidat de vouloir comprendre pourquoi il n’a pas été retenu. Bien entendu, votre job n’est pas de former ce dernier à un entretien d’embauche ou la rédaction d’un CV. Toutefois, ne laissez pas sa demande rester lettre morte et communiquez lui les raisons du rejet.
  3. Proposez de rester en contact

    Ce n’est pas parce que cela n’a pas fonctionné, que cela ne fonctionnera la prochaine fois. Le refus est loin de toujours signifier que les portes de l’entreprise sont fermées à tout jamais au candidat malheureux. Offrez-lui derester en contact en lui proposant, par exemple, de lui envoyer la newsletter de l’entreprise et ne manquez pas de l’informer des postes vacants correspondant à son profil.
  4. Soyez honnêtes

    Il peut toutefois exister des cas où le profil ne trouvera nul place ni maintenant, ni après. A ces candidats-là, il est interdit de donner de faux espoirs. Souhaitez-leur tout le meilleur dans le futur et restez-en là. Les candidats apprécieront toujours votre honnêteté.
  5. Demandez leur avis aux candidats

    Cela démontre que vous vous souciez de leur opinion et que vous respectez ce qu'ils ont à dire. Vous pourrez de plus utiliser ces commentaires pour structurer votre processus de recrutement. De quoi, également, vous permettre de vous assurer qu’une procédure équitable a bien été mise en place.
Avantage au candidat

Bref. L’époque où l’entreprise faisait la morte après un refus de candidature est bel et bien révolue. Et pour cause ! Selon Le Book Focus RH (31ème édition 2019), 57% des candidats ne souhaitent plus postuler aux offres d’une entreprise lorsqu’ils n’obtiennent pas de réponse après l’envoi d’une candidature ou suite à un entretien.

Ces dernières années ont entraîné un réel changement dans le rapport de force candidat/entreprise au profit du premier. Dans le domaine de la lutte des talents, c’est désormais celui-ci qui mène la danse. Une organisation qui échouerait à soigner sa marque employeur se verrait donc priver des meilleurs avec pour conséquence la relégation de l’entreprise en deuxième division. En somme une condamnation à jouer les figurants sur son marché d’activité qui pourrait au final se traduire par sa disparition à moyen terme. A bon entendeur...

Cherchez moins, trouvez mieux. Cliquez ici.
Partager :
Noter :