Le leadership transformationnel à la loupe

Aug 26, 2020
Equipe en plein meeting présentant le leadership

L’avenir est-il au leadership transformationnel ? A l’inverse du leadership transactionnel où le dirigeant utilise récompenses et punitions pour motiver ses employés, le leader transformationnel va encourager et inspirer ses collaborateurs par l’exemple afin d’aboutir aux changements désirés et faire progresser l’entreprise. Les leaders transformationnels font confiance aux salariés formés pour prendre les décisions dans les tâches qui leur sont assignées en leur octroyant l’espace nécessaire pour être créatifs, avec toujours, le long terme pour horizon.

Les caractéristiques du leadership transformationnel

Si les bases du modèle ont été posées sans les années 1970, c’est le chercheur Bernard M. Bass qui, en 1985, a élargi le concept pour y inclure les moyens de mesurer le succès du leadership transformationnel.

Selon Bernard Bass, un leader transformationnel possède les caractéristiques suivantes :

  • Il encourage la motivation et le développement positif des employés.
  • Il favorise un environnement de travail éthique avec des valeurs, des priorités et des normes claires.
  • Il construit la culture d'entreprise en encourageant les employés à passer d'une attitude d'intérêt personnel à un état d'esprit où ils travaillent pour le bien commun.
  • Il met l'accent sur l'authenticité, la coopération et la communication ouverte.
  • Il fournit du coaching et du mentorat, tout en permettant aux employés de prendre des décisions et de s'approprier les tâches.
Leadership transformationnel, une culture de l’ouverture

Les leaders transformationnels comprennent que le succès dépend de l'effort de toute l'équipe et que la croissance ne se produit que dans une organisation avec une culture d'ouverture aux nouvelles idées à tous les niveaux.

De quoi faciliter grandement l’adaptation permanente aux conditions changeantes du marché. Les leaders transformationnels recherchent constamment les moyens créatifs de répondre à l'environnement commercial dynamique. C’est pourquoi ils sont proactifs dans leur approche, savent prendre des risques et jouent un rôle actif dans la progression de l’entreprise.

Au total, le leadership transformationnel :

  • Permet la formulation rapide d'une vision

Cette approche se distingue des autres styles de leadership par sa capacité à évaluer rapidement la situation actuelle d'une organisation et à formuler une vision de son amélioration et de sa croissance. Les leaders transformationnels communiquent correctement leurs visions aux autres leaders de leur organisation et à tous les employés afin de provoquer l’adhésion de l’ensemble des équipes.

  • Favorise l’enthousiasme

La confiance accordée aux collaborateurs, encouragés à innover constamment, garantit leur auto-motivation assurant ainsi un niveau d'efficacité et de rendement plus élevé.

  • Motive les employés en les inspirant

La passion est un trait commun qui permet aux leaders transformationnels d'amener leurs collaborateurs à optimiser leurs performances. En période difficile, c’est la transmission de cette passion à toutes leurs équipes qui va permettre à l’entreprise de passer le cap, de rebondir pour mieux repartir.  

Séduisant sur le papier le leadership transformationnel fonctionne-t-il dans la réalité ? A l’évidence, c’est bien le cas. Des start-up de la Silicon Valley, aux mastodontes que sont Google, Apple ou Netflix, les entreprises à avoir adopté le leadership transformationnel font aujourd’hui partie des plus performantes au monde. Cela veut-il pour autant dire qu’il peut être mis en place en toutes circonstances ? Voire. Aucun modèle n’est parfait et le leadership transformationnel peut ne pas être adapté car :

  • Le diable est dans les détails

Pas de doute. Porter une vision globale est bien l’affaire des leaders transformationnels. Ils seraient par contre, beaucoup moins à l’aise lorsqu’il s’agit de se préoccuper des détails, pourtant si précieux dans le succès d’une entreprise. D’où l’obligation de confier cette tâche à un autre (ou d’autres) leader (s), ce qui, en termes d’organisation, n’est pas forcément aisé à faire.

  • Trop de passion peut nuire à l’efficacité

Passion et émotion sont des facteurs puissants pour transmettre une vision. Mais un excès dans ce domaine peut également conduire à recouvrir la réalité d’un filtre, notamment quand il s’agira, le cas échéant, de faire face à des vérités dures sur la situation de l’entreprise. Avec les conséquences désastreuses que cela peut entraîner.

  • De réelles possibilités d’abus

Comme l’histoire et sa pelletée de dictateurs l’ont prouvé, les leaders charismatiques n’ont pas toujours utilisé leur don pour promouvoir le bien commun. Dans les mains d’un dirigeant toxique, le leadership transactionnel comporte de réelles possibilités d’abus qu’il pourrait être très difficile de contrer.

On en revient donc à la personnalité du leader, paramètre essentiel pour mettre en place un leadership transformationnel efficace, bienveillant, portant ses équipes vers un objectif partagé : le bien commun.

A noter qu’outre les leaderships transactionnel et transformationnel, on distingue trois autres types de leadership courants.

  • Le leadership démocratique

Le dirigeant prend des décisions en fonction des idées et des contributions de son équipe mais il conserve toujours le dernier mot.

  • Le leadership autocratique

Le dirigeant prend ses décisions de manière  unilatérale. Il concentre entre ses mains la totalité du pouvoir de décision. Dans ce schéma, les collaborateurs se taisent et obéissent.

  • Le leadership du laissez-faire

Dans ce modèle, le dirigeant accorde aux employés presque tous les pouvoirs. Mais cette manière de diriger peut aussi limiter le développement de l’entreprise.

Et vous, quel type de leader êtes-vous ?

Cherchez moins, trouvez mieux. Cliquez ici.
Partager :
Noter :