Les bureaux hybrides nous poussent déjà vers le full remote

Oct 29, 2021
Personne travaillant sur son ordinateur depuis son lit

Vered Gindi y aura travaillé quatre ans. Mais le résultat est là. Les 46 000 m2 du nouveau campus Microsoft situé à Herzliya (centre d’Israël à 20 km de Tel Aviv) préfigurent à maints égards le futur des locaux professionnels. Alors que le concept de bureaux hybrides gagne actuellement ses lettres de noblesse, l’architecte a pensé l’endroit comme un lieu ouvert et flexible « où vous n’allez pas seulement travailler, mais où vous vivez un style de vie ».

C’est pourquoi le campus a été pensé comme une vraie ville divisée en quartier ayant chacun sa propre fonction : Downtown, une zone de type industriel ; Midtown, un espace ludique ; Le Jardin, un niveau extérieur verdoyant ; et Uptown, conçu pour se sentir comme dans un délicieux hôtel de charme. Les activités qui y sont proposées sont multiples. L’ensemble contient une salle de musique (avec véritables instruments), une espace gym, un autre consacré au yoga, et des salles de jeux pour enfants, afin d’en faciliter la garde.

LA FLEXIBILITÉ, CLÉ DES BUREAUX HYBRIDES

Quant aux espaces de travail proprement dit, cloisons acoustiques et systèmes d’étagères peuvent être ajoutés ou supprimés, permettant aux équipes de se combiner ou de se diviser selon les besoins et le flux d’employés entrants et sortants. Les bureaux peuvent être équipés de roulettes et possèdent des câbles extra longs, de sorte qu’ils peuvent être déplacés facilement, par n’importe qui, en cas de besoin.

C’est bien dans la flexibilité que réside la clé des bureaux hybrides, lieu de travail conçu pour prendre en charge la répartition, fluctuante au quotidien, des employés présents sur site ou travaillant à distance. Car, on le sait désormais, la pandémie de Covid-19  a définitivement légitimé le télétravail. Pour les entreprises, l’heure est donc à un mix de présentiel et de distanciel qui va perdurer et qu’il faut savoir gérer.

D’ailleurs pour Microsoft, la cause est entendue. Le géant américain n’en doute pas. L’année 2020 a définitivement changé l’organisation du travail et la prochaine grande disruption est le travail hybride. Tel est d’ailleurs le titre que l’entreprise a choisi de donner à son édition 2021 du « Work Trend Index » en posant cette question : « Sommes-nous prêts ? »

RÉPONDRE AUX DEMANDES DE LA GÉNÉRATION Z

Au-delà des retombées provoquées par la  crise sanitaire, le rapport pointe les changements sociologiques qui impactent la sphère du travail et auxquels les entreprises sont désormais forcées de répondre. En clair, il est urgent de répondre aux demandes de la génération Z. « Les jeunes générations offrent de nouvelles perspectives et remettent en question le statu quo. Leurs contributions sont essentielles. La génération Z est la première génération à entrer sur le marché du travail dans un environnement totalement distant et à grande échelle. Cette expérience va déterminer les attentes et les attitudes à l’égard du travail à l’avenir. Veiller à ce que la génération Z ressente un sentiment d’utilité et de bien-être est un impératif urgent dans le cadre du passage au travail hybride ».

HYBRIDE = REMOTE

Quartz, l’entreprise média basée à New York, a entamé sa transition vers les bureaux hybrides en juin 2021, après une fermeture totale de près de 15 mois due à la pandémie. Elle a choisi de rouvrir ses portes à l’intention de ses collaborateurs habitant à proximité, même si sous l’effet de la crise, elle s’est transformée en organisation à 100 % full remote. Les employés ont donc toute latitude s’ils en font le choix de travailler à plein depuis chez eux (ou un tiers-lieu).

Sur le site de la société, Zachary M. Seward, PDG de la société, a dressé un premier bilan de cette expérience de bureaux hybrides. Pour ce dernier, le terme même d’hybride est trompeur. En réalité, explique-t-il, « hybride veut réellement dire à distance. À moins que tous les employés ne vivent dans la même région, ce qui n’est pas le cas pour nous ou pour la plupart des entreprises qui optent pour le modèle « hybride », il est bien plus approprié  de parler de travail à distance. (…) Le fait est que le travail « hybride » n’existe pas vraiment dans une entreprise qui emploie des personnes sur plusieurs sites, et encore moins dans une entreprise comme la nôtre, dont le personnel est réparti sur cinq continents. Même lorsque vous êtes au bureau, le travail lui-même est toujours mieux fait en supposant que tout le monde est à distance. »

LE MÉTAVERSE EN EMBUSCADE

Et si c’était précisément là que se trouvait la vérité des bureaux hybrides ? Une phase de transition qui prendra plus ou moins de temps, mais conduira inévitablement les entreprises vers l’adoption d’une organisation full remote ? Les demandes des jeunes générations comme les progrès des outils de communication y poussent déjà.

Mais il y a bien plus. Exemple prospectif avec le Metaverse, ce monde numérique parallèle que nous concocte Facebook. Nous pourrons grâce à des casques de réalité virtuelle, sans bouger de chez nous, aller en club ou au cinéma avec des amis, visiter les pyramides d’Egypte ou bien encore, participer à des réunions de travail. Si le rêve de Mark Zuckerberg voit le jour, y aura-t-il encore besoin de locaux professionnels ?

Cherchez moins, trouvez mieux. Cliquez ici.
Partager :
Noter :