Reconversion professionnelle : le bilan de compétences ne sert à rien (mon témoignage)

Nov 17, 2021
Une femme en entretien de bilan de compétences face à 2 personnes

Fallait bien y venir. Parce que la crise Covid-19 et les aspirations des Millennials ont remis l’exigence de sens au centre des préoccupations, ils sont nombreux à s’interroger sur la direction prise par leur carrière. Et beaucoup envisagent aujourd’hui un changement drastique de direction. Bref, la question de la reconversion professionnelle n’a jamais autant tenu le devant de la scène. Et qui dit reconversion professionnelle, dit à coup sûr  (ou presque) bilan de compétences.

A peu près partout, le bilan de compétences est présenté comme le préalable indispensable quand on veut s’ouvrir de nouvelles perspectives et changer de métier.  Vrai ? Faux ? Parce qu’en matière de témoignages, on trouve toujours tout et son contraire, souvent sans saisir complètement le contexte et les motivations propres à chacun, j’ai décidé, une fois n’est pas coutume, d’y aller full gonzo rédacteur (et donc d’écrire à la première personne). Plutôt que de compter les points délivrés par les « pour » et les « contre », et d’en arriver à une conclusion forcément mi-figue mi-raisin, je vais directement vous livrer mon expérience perso, car, oui, le bilan de compétences, je l’ai testé.

UN BILAN DE COMPÉTENCES POUR SE TESTER ?

Je m’appelle Laurent et cela fait plus de 20 ans (mais faut-il l’écrire), que je suis rédacteur. A vrai dire, l’écriture est le seul métier que j’ai pratiqué. Avec plaisir, je le précise. Il y a quelques années, je me suis quand même demandé si j’étais capable de faire autre chose et quoi.  Et ça n’a pas loupé. Le conseil est tombé plus vite que la nouvelle des ennuis d’Alec Baldwin sur une dépêche de l’AFP. « Pourquoi tu n’irais pas faire un bilan de compétences ? C’est l’étape indispensable, blablabla. » Bon, ça doit être vrai puisque tout le monde le dit.

Ni une, ni deux, armé de ma bonne volonté je prends rendez-vous et rencontre quelque temps plus tard une conseillère qui me félicite pour mon choix éclairé. « Le bilan de compétences, ça va vous ouvrir les chakras » me dit-elle. Euh non. Elle n’a pas du prononcé exactement ces mots, mais en tout, sur le coup, c’est ce que j’ai compris.

Super convaincu par cette entrée en matière super optimiste, je confirme mon intérêt. Ce bilan de compétences, je vais le passer. A raison de plusieurs sessions, cela m’a pris un mois et demi pour arriver au bout du parcours. Je vous épargne le détail des tests (il peut y en avoir de plusieurs sortes centrés sur : l’intérêt professionnel, les valeurs, la motivation, la personnalité…) pour arriver directement à la conclusion, donc les résultats.

Roulement de tambours, et le gagnant est : les métiers de la communication. Et oui. Finalement, le bilan de compétences n’a fait que confirmer (en gros) le job que je pratique depuis toujours. Avais-je vraiment besoin de passer par tout cela pour le savoir ?

UNE SIMPLE PHOTOGRAPHIE DES COMPÉTENCES À UN INSTANT T

Avec du recul, j’aurais dû m’en douter. Après tout, le  bilan de compétences porte extrêmement bien son nom. Il ne s’agit, ni plus ni moins, que d’une photographie à un instant T des… compétences. Par essence, il reste donc scotché sur le passé et ne dit rien des possibilités d’avenir, surtout si vous êtes en recherche d’un changement radical de profession.

Donc, si vous êtes directeur du marketing d’une grande boîte internationale et que votre envie est de devenir pâtissier, n’attendez aucun encouragement (ou confirmation) de l’exercice. Il en est tout bonnement incapable. Si, par contre, vous êtes comptable et que votre rêve secret est de venir expert-comptable, le bilan de compétences pourra être utile. En clair, il reprend du sens si vous envisagez une évolution professionnelle à partir de compétences déjà avérées. Autrement… Mon Bilan du bilan (de compétences) est donc le suivant : passez votre chemin si vous êtes en recherche d’une reconversion professionnelle complète.

Suis-je trop radical ? Après tout, ce n’est que mon témoignage (avec tous les biais que cela implique). Si vous avez vécu une expérience complètement différente, n’hésitez pas à réagir. En attendant, comme mon bilan de compétences me l’a conseillé, je retourne à mes articles.

Cherchez moins, trouvez mieux. Cliquez ici.
Partager :
Noter :